Soeur Catherine et Ainsefra; Ahmed Bencherif

Soeur Catherine, de son vrai nom, André Lagrue, naquit le vingt-six décembre mille neuf cents six, à Bolbec, Havre, France. Par chagrin d’amour, elle entre au couvent des soeurs blanches de Paris, fait son noviciat pendant trois ans. Elle en sort consacrée, puis fut affectée à Alger Birmandreeis, Ensuite, elle reste trois ans à Lagouaht, sui est le diocèse du Sahara. Enfin elle fut affectée à Ainsefra. Elle vécut treize ans au couvent, soignait les malades comme infirmière à l »infirmerie militaire. Puis ce fut une amitié assidue avec un habitant musulman, Zaid Boufelda. Les circonstances dans lesquelles, ils se virent se rapprocher sont inconnues. Toujours est-il qu’ils sont amoureux l’un de l’autre. Il la reçoit pendant un mois chez lui deux fois par semaine.,  sans rapport sexuel, comme raconte Zaid dans son livre : l’odyssée d’une religieuse au Sahara. Ils décident de se marier, quittent Ainsefra le 19 juin 1949 et voyagent par train jusqu’à Oran, Soeur Catherine, habillée du voile musulman. le lendemain,   ils prennent l’avion sur Paris. ils sont partis, selon l’auteur, solliciter l’autorisation parentale pour leur union. Le lendemain, elle est enlevée et emmenée. Il  n’a pas de nouvelles d’elle. Il contacte un avocat. Celui-ci dépose une plainte auprès du procureur général, restée sans suite. Puis, il revient à Ainsefra. Il dit dans son livre toujours qu’elle ( Andrée Lagrue) a été affectée au Congo dans une léproserie, laissant penser qu’elle mourut cette année ou l’année suivante avec beaucoup de chance. Le livre m’a interpellé et pose plus de questionnements sur l’authenticité du récit , voulant faire une conférence à Ansefra, puisqu’il s’agit de l’histoire locale de ma ville. Donc j’ »ai entamé des recherches et inv investigations. ma stupeur était grande quand une préposée à la mairie de Bolbec a bien voulu faire des recherches et elle m’a envoyé l’extrait de naissance d’Andrée Lagrue, avec mention du décès le 6 décembre 1989. l’ »histoire de Soeur Catherine s’arrete en 1949 et elle a vécu pourtant elle a vécu quarante ans de plus.

Je remercie infiniment la dame préposée à la mairie de  Bolbec

Ajouter un commentaire