sur la dune les odes de l'amour ahmed bencherif

sur la dune

Pour c

                                       Sur la dune   

 

 

                          

                     Toi et moi, embrasés dans le feu de l’amour,

                     Au-delà de notre blanche koubba sereine,

                     Sur le sable doré de l’immense plaine 

                     Qui brûle en été comme un immense four

                     Nous cherchons refuge au petit bois de peupliers

                     Elégants, Sveltes et hauts qui font de l’ombrage

                     Aux vignes qui croissent, les sarments repliés,  

                     Captant la tombée de merveilleux plumages

                     D’oiseaux nichés entre les branches vertes

                     Qui au vent balancent pesamment avec bruit,                                       

                     Du merle et rossignol, d’hirondelle ou fauvette

                     Aux chants féeriques tendrement mélodieux.

 

                     Sur la dune, toi et moi, nous étions couchés,

                     Allongés sur le dos, nos regards vers le ciel,

                     En quête d’évasion extatique recherchée,

                     Nos corps voluptueux en attente charnelle.

 

                    Mon chant de poétesse donna la mélodie

                    Dans ce havre de paix des Mille et une nuit,

                    Magnifiant ta beauté d’ange de paradis,

                    Louant ta volupté, attraits que l’on ne fuit. 

 

                     Il réveillait tes sens à l’affût du désir,

                    Te chauffait de mille braises incandescentes,

                    Te murmurait les folles passions du délire

                     Et de ses mots brûlants tu étais pressante.

extrait les odes de l'amour à paraitreommencer à créer votre page, cliquez ici et entrez votre texte

Ajouter un commentaire