Jocelyne extr la grande ode ; ahmed bencherif

Pour commen

                                    Jocelyne ! Ma belle ! Donne-moi ton pardon.

                                    Ton harmonie prime, garde comme trophée

                                    Mon grand sacrifice. Prends ce modeste don

                                    Aimer c’est préserver ô mon phare, ma fée.

 

                                    Le sort nous a servis hélas tardivement.

                                    Ta belle fillette rieuse m’a ému,

                                    Tiré de mon songe sans aucun boniment.

                                    C’est une sainte qui amorça la mue.

 

                                    Son nom de baptême est désormais Safiya

                                    La pure accomplie à l’age innocent.

                                    Ce sera son sacre, sous le chant de Maya

                                    Interprété au luth, lyre et violent.

 

                                    C’est ma bénédiction qui la suivra partout,

                                    Transmise par mes saints éteints depuis longtemps.                               

                                    Mande-la par ce nom sublime et très doux

                                    Il porte l’effluve jusqu’à la fin des temps.

 

                                    Elle saura l’aimer et m’aimer en parrain

                                    Dis-lui mon affection, celle d’un grand-père.

                                    Plût qu’elle grandisse dans ton giron câlin

                                    Et fais-en ton cliché admirable et fier.

 

                                    Sois toujours heureuse, c’est mon vœu le plus cher.

                                    Envoie-moi des signaux, j’en serai très ravi.

                                    Porte mon souvenir dans les hautes sphères,

                                    Ici-bas tout est vain et plus rien ne survit.

 

                                    Un jour pourrait venir, illustre de beauté,

                                    Riche de causeries, d’agréables moments

                                    Au pied de l’amandier, au fruit crû velouté,

                                    Près du bambou svelte, sous un ciel clément,

                                    Ou bien encore sur la plage dorée,

                                    En face des deux rochers surgissant dans la mer,

                                    Que tu vis encore fillette à sept ans,

                                    Extasiée de joies, sous le libre éther

                                    Aux douces mélodies, fantasias et chants.

 

                                    Tu reçus naguère le philtre de l’amour

                                    De la patrie meurtrie, réveillée en sursaut,

                                    Ivre de liberté acquise pour toujours,

                                    Engagée à panser ses douleurs et ses maux.

 

                                    La patrie t’allaita de son sein généreux

                                    Et en gratitude, tu en fis ta mère

                                    D’adoption adorée sans complexe honteux

                                    Et sans ressentiment, de bon cœur, d’esprit clair.

 

                                    La grâce divine pourrait nous sourire,

                                    Nous combler d’effluve et de longévité.

                                    Combien de miracles eurent à retentir

                                    Leurs échos frémissants de sublime beauté,

                                    Au moment où l’espoir demeure sans recours,

                                    La nuit et le jour vains se confondent en rien,

                                    La vie périlleuse est soudain de retour

                                    Et la félicité offre à profusion ses biens.

 

                                    La blanche colombe me fit un bon souhait

                                    Par un huit désormais sans illustres attraits.

                                    Je sentis la grande tristesse dans la haie

                                    De ma fée occupée à embellir ses traits.

cer à créer votre page, cliquez ici et entrez votre texte

Ajouter un commentaire