drame et marasme en Algérie ahmed bencherif

Drame et marasme en Algérie  

 

        Où sommes-nous ? Est-ce bien en Algérie, celle des martyrs, des opprimés, des humiliés, des braves, des amoureux de la liberté ou bien celle des cireurs à bottes, des gardes-chiourmes, des imposteurs, des artificieux, des travestis, des illusionnistes ratés, un mégalomane ? L’Algérie est malade : la sécheresse et la désertification l’envahissent, frappent aux portes du Tell, ravagent les populations du Sud, frappées durement par la tyrannie et la partialité des pouvoirs, entre les mains du Nord, alors qu’elles sont les gardiennes des richesses, à peine visible à leurs yeux nus. La société algérienne est malade : nos jeunes s’occupent des équipes de foot européennes, les Salafistes attendent que le semblant d’état tombe pour qu’ils s’en accaparent à leur tour, en font la propriété privée comme les simulateurs de laïcité et de démocratie, violent les filles dans la rue, dans la montagne,  dans une grotte au nom, proclamer le califat, gommer les droits de l’homme, les droits de la femme, de l’enfant, effacer les droits civiques.

   Que sommes-nous devenus ? Nous sommes tous des harragas en puissance, les médiocres, les iniques nous ont poussés à haïr notre patrie et nous n’avons qu’un seule et aucun  autre pays ne nous prendra pour ses propres fils, mais comme des transfuges. Le mari, sa femme, leurs enfants s’embarquent sur une chaloupe à leur risque et péril pour fuir un tableau chaotique créé par une caste qui a pris l’Algérie en otage, par un président invalide qui espère encore gouverner pour un autre mandat pour cinq ans ou pour l’éternité s’il est lui-même éternel, soit un dieu.

      L’Algérie ne rêve même pas. son âme a été tuée par ses mauvais garçons, elle ne rêve plus devenir les USA, la France, la Grande Bretagne, pays de richesse, de loi, d’égalité de droits et de chances pour tous. Elle ne rêve pas même de l’Andalousie et de sa grandeur, ni de paradis. Elle vit dans l’enfer et se suffit comme elle est. Pourquoi tous les responsables sont issus d’une même ville ? Quel vil esprit de corps nous vivons encore dans le néfaste tribalisme. Une colonisation française de cent trente deux ans n’a pas suffi à l’enrayer.

        L’Algérie est devenue la Colombie et les émules de Pablo Escobar sont nombreux, ramifiés partout et jusque dans les arènes du pouvoir Dieu préservez mon pays. Ils se font la guerre sourde et rien ne dit que leurs balles ne crépiteront pas dans la rue. C’est le drame de notre nation la cocaïne rien que ça.

       Président Abdelaziz Boureflika, ceci se passe sous votre règne et c’est votre constat d’échec vos serviteurs rétorqueront que vous avez un programme de logements. Ne savez-vous pas que le pécule de ma retraite est dérisoire et je m’endette de plus en plus, à tel point que j’ai vendu ce qui me revenait d’héritage, pas grand-chose bien sur. Dites-moi alors comment me voyez-vous vivre en tant qu’écrivain et poète ? vous nous aimez vivre dans la misère et le besoin pour que nos sollicitations, à nous autres écrivains, restent exclusivement matériels, et point du tout politiques pour revendiquer la démocratie, l’alternance au pouvoir, des élections libres, des promotions selon le mérite.

       Président Abdelaziz Boutefloka, vous n »’avez pas voulu me nommer chef de daira en 2005 ; pourtant mes compétences sont avérées ainsi que mon intégrité, ma droiture ; mes ambitions. Dieu soit loué je n’ai pas eu à servir, assumer une haute responsabilité dans le tableau chaotique décrié ci-dessus. Alors, je  vous annonce que je serai votre concurrent à l’élection présidentielle 2019. Je vous défie de jouer franc jeu avec moi et vous verrez si   vous seriez élu.              

             

Ajouter un commentaire