Carine, la magnifique; ahmed bencherif

sous les perles bleues du ciel et le disque de platine, il me prend l’envie d’errer comme le troubadour des temps anciens pour peu que je chante ma belle au balcon de sa fenetre; elle émerveillée et moi chantant et grattant la mandoline ; dors Carine je te berce le vent souffle sur tes beaux cheveux la lumière pénètre argentée dans ta chambre de reine oui reine oui ma reine car au premier regard je t’ai intronisée reine ma reine et que mes muses ne s’en émeuvent point car me sachant ce papillon qui butine toute fleur merveilleuse pour chanter chanter éternellement l’amour; car l’amour c’est moi, c’est ma vie

Ajouter un commentaire