Aphrodite-tes yeux- ahmed bencherif

                                        Aphrodite

                                          Tes yeux

 

                  Tes yeux clair acajou, diamant à l’état pur

                  Un soleil au couchant, un feu avant la nuit, 

                  Qui baignent dans leur lac, en belle parure  

                  Corrompent mes vertus et lutter je ne puis.  

 

                  D’eux me frappa la foudre de t’aimer un jour

                  Foyer de douceur qui enclenche la langueur,

                  Champ de mes visions, source de mes amours,

                  Atome de ma vie et  nid de mes ardeurs

 

                  Centre lumineux qui dissipe mes brumes,      

                  Cachées à la jonction du ciel et de la mer

                  Au lointain horizon, mon cahier d’amertume,

                  Qui donne de l’éclat d’azur à mes éthers 

 

                  Espace d’embrasement à grande intensité,

                  A la jonction de ton regard si conquérant

                  Avec mon brave cœur détrôné, survolté

                  Ses prudences vaines, jamais ne se parant.  

                 

                  Mes frimas fondirent sur ton brasier ardent,

                  Pour créer la saison idyllique arrosée

                  D’aromes étranges, ni été, ni printemps 

                  D’iles océaniques vivant d’amours osées.   

 

                  Espace qui lève le ton de mes couleurs,

                  D’automne au printemps, du halé au doré

                  Sous le tison d’Aphrodite ivre de bonheur,

                  Qui a conquis mon moi et l’a accaparé.                 

 

                  A la juste croisée de nos yeux se cherchant,

                  L’étincelle jaillit, active et intense,

                  Feu de bois, feu d’amour, au fil nous attachant

                  De l’Eros, lit floral de notre nuit d’encens.

 

                 Victimes heureuses du vent de la passion,

                 Qui souffle et hurle sur les cimes du plaisir,

                 Déclenche les houles du désir en ascension          

                 Aux danses nuptiales de l’Aphrodite ivre.

 

                 Ivre d’amour, elle tangue au gré des vagues

                 Des sens abreuvés des appels aphrodisiaques 

                 D’union consentie sans témoignage de bague, 

                 Cœurs épris pour toujours d’enchantement mirifique.

 

                 Ses danses créoles d’érotisme flagrant

                 Fascinent le dévot, grisent le courtisan.  

                 Ses parures en fleur, don divin apparent,  

                 Sa beauté, un mythe qui ôte la raison.   

 

                 Ne va l’Aphrodite ! Mes pluies sont de chagrin,

                 Ma min est orpheline et mon temps s’est figé

                 Resté amarré à nos souvenirs sereins, 

                 Reviens, toi mes gloires, toi leur apogée.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×