Aphrodite-tes lèvres- extr lesodes de l'amour, ahmed bencherif

Aphrodite

 

                                         Tes lèvres

 

     

                  Sur Tes lèvres mon baiser échoue sensuel,

                  Posé par miracle et passion sulfureuse,

                  Baiser des abeilles qui fournil le miel

                  Depuis l’origine du monde prometteuse.

                 

                  Baiser jadis conçu dans le chant védique    

                  Des amants pardonnés de s’aimer dans l’ombre, 

                  Livrés dans les textes millénaires antiques    

                  Des Indes réveillés de léthargie sombre.

 

                  Un trophée sur mode sémillant et riant,    

                  Un talent des filles de l’ile océanique,     

                  Frivoles et déhanchées, de genre pétillant,

                  Aux gestes et mouvements gracieux et féeriques.

                 

                  De nature gaie, frivole et insouciante,

                  Encensée aux fleurs tropicales bigarrées,

                  Pétillante de vie, ma sublime amante         

                  Me séduit et en elle mon cœur est amarré.

 

                 Ses lèvres, un dessin au caprice lascif,

                 Légèrement tracées et de suc humectées,  

                 Deux lames de la mer qui brisent les récifs,

                 Et moi leur esclave, sans pouvoir résister.

 

                 Prompte à aimer dans ses rivages chauds et gais,     

                 L’Aphrodite de mes temps surpasse le mythe,

                 Dans son art, ses ardeurs, ses atours, ses attraits,

                 Potion magique de la plaie, source bénite.

 

                Par elle, mon ascension céleste s’opère 

                D’étoile en étoile, scintillante en éclat,

                Voisin de la lune, dans l’immense l’éther

                Evadé terrestre, son amour m’appela.   

 

               Promesse des jardins fabuleux de Vénus, 

               Profusion de mille fruits aux belles saveurs

               Notre nuit longue va jusqu’à l’angélus

               Amants, nous  baignons dans l’océan des ferveurs.

 

               Ma jeune épousée, colorée pimentée,

               Cultive savamment mes gouts et fantasmes,

               Veille à monter le décor des iles enchantées,

               Parfume notre lit végétal de palmes.

 

               L’Aphrodite ouvre le ballet de Sega,

               Corps en ondulations lentes et rythmées,

               Qui se tend, s’élance, me conte la saga,

               Trace les lignes droites, des courbes rimées.

 

 

extrait les odes de l'amour

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×