La victoire est l'issue heureuse de la défaite. c'est alors, la joie, l'enthousiasme, la fierté saine. Alors, j'ai triomphé, malgré les obstacles majeurs, les oppositions féroces, les ennemis redoutables. oui notre bureau a triomphé, oui le colloque international Isabelle Eberhardt a triomphé. nous avons triomphé contre les détracteurs de cette immense écrivaine qui avait libéré la femme, cette fille d'Ainsefra, ville ni Tellienne, ni saharienne, montagneuse, neigeuse, dont les habitants sont connus pour leur tolérance, leur hospitalité, leur générosité, leur humanisme.
vous détracteurs d'Isabelle Eberhardt, vous avez chassé le colloque d'Ainsefra, vous avez opposé votre veto pour qu'il ne tienne pas et qu'il ne s'y tienne pas. vous avez perdu, vous allez le regretterez, si vous avez un iota de dignité.
je vous annonce, vous en premier, que le colloque,se fera prochainement à Alger, au mois d'octobre, ensuite à tous les admirateurs et lecteurs d'Isabelle Eberhardt. non ce n'est as une blague; c'est bien vrai. il se fera aussi dans sa dimension internationale prestigieuse, les médias s'y focalisant.
j'invite à la cordialité héberhardienne le public algérois à venir nombreux et faire le plein de la salle immense et somptueuse. Préparez-vous, vous connaitrez mieux notre écrivaine algérienne; oui algérienne, je le clame bien haut.un panel de conférenciers de haut niveau animera la journée radieuse, illuminée, inchallah. Mais, aussi un public avisé de lettres et de culture que nous avons convié à cette sublime opportunité. .
A notre rendez-vous et priez, priez pour moi; allumez aussi, qui un cierge, qui, une bougie.
Votre dévoué Ahmed Bencherif .

Ajouter un commentaire