oeil de la Garonne; ahmed bencherif

Œil de la Garonne

 

 

                  Du haut des Pyrénées, tes larmes coulent à flots,

                  De fracas énorme, Impétueux et bien hauts,

                  Pour se jeter dans l’océan, en  descente calme,

                  Laissant sur ton sillage  verdure de charme,

                  Mais tes flots n’égalent le torrent de mes yeux,

                  Qui roule sur mon corps, abondant et furieux

                  Echoue fatalement dans mon cœur inondé

                  Qui se noie, convulsé, déchiré, érodé,

                  Loin de ma  bien-aimée, en larmes soudaines,

                  O ma déesse,  pénitence, pardon ma souveraine.          

                  Tes blanches cascades se jettent dans ton lit,

                   Arrosent les prairies, jonchées de fleurs de lys,

                   Les miennes, tombent sans bruit dans mon désert

                   A l’instant évaporées vers les lointains éthers,

                   Les miennes sont noires comme du charbon chaud

                   Sous le poids du remords que ne  blanchisse la chaux,

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×