Margueritte revisitée 26 avril 1901 ahmed bencherif

AVANT PROPOS

 

 

 

Ahmed Bencherif est né le 4 mai 1946 à Ain-Sefra. Après avoir terminé des études de droit, il a été  instituteur, puis administrateur. En 1983, il élabora une courte biographie concernant le  résistant Bouamama à la demande du ministère de la Culture. Il est aussi amené à connaître deux figues emblématiques qui avaient marqué Ain-Sefra : le maréchal Lyautey et Isabelle Eberhardt. . Enfant de la guerre, il en resta durablement marqué. Il avait connu l’exil et ses privations pour fuir les représailles de l’armée française. Adolescent et loin de son pays, il écrivait des nouvelles sur les violences de ce drame que vivait son pays. Dans sa jeunesse, il écrivit deux romans sur la décolonisation de l’Afrique et un recueil de poésie  qui ne virent jamais le jour, sous la contrainte des vicissitudes de la vie.

Ahmed Bencherif a dédié cet ouvrage à Charles Robert Angeron, dont le remarquable travail historique a réveillé en l’auteur de «  MARGUERITTE » le besoin de rendre honneur à tout un peuple déchiré, humilié et piétiné par les occupations successives, les aberrances du colonialisme et les abus de pouvoirs qui avaient martyrisé l’Algérie sur plusieurs générations.

En écrivant ce roman historique, il a rendu hommage à un peuple irréductible, fier et insoumis. Ce livre n’est pas qu’un ouvrage historique : il souligne et met en valeur, avec poésie et finesse, l’identité algérienne, ses traditions familiales et religieuses, ses coutumes, sa culture incomparable, longtemps étouffée par les interdictions et l’oppression.

C’est avec une grande maîtrise de la langue française que cet écrivain Algérien de valeur décrit les valeurs de ce peuple attachant, sensible , raffiné , qui a du subir l’inacceptable  joug et la pression tant politique qu’économique d’invasions étrangères. Ahmed Bencherif aurait pu rédiger son livre en arabe littéraire : il fait ainsi de ce témoignage historique un ouvrage de paix, par lequel il nous est donné de prendre conscience de ce qu’avait subi cette terre d’Algérie.

Je rends hommage à l’expression littéraire d’Ahmed Bencherif. Son talent d’écriture nous offre de merveilleuses descriptions poétiques et sensibles, comme autant d’images aux saveurs intenses de sa culture.

 

Marion Lubreac,

Ajouter un commentaire