les vagues poétiques ahmed bencherif

                               La femme inconnue

 

 

 

               Je l’ai vue, le temps  d’un bref regard d’approche

               Entre des inconnus au milieu de foules anonymes,                           

               Dans un bel espace familial pudique et calme,

               De grand art culinaire où rien ne cloche.

 

               Elle était le type de femme que j’aime :

               Taille haute et bien en chair, ni grosse, ni svelte,

                Poitrine couronnée d’opulentes cimes,

                Des hanches évasées, des mouvements lestes.

 

                Elle n’était pas trop blanche, mais un peu brune,

                Au beau visage rond avec joues épanouies,

                Des yeux noirs langoureux, un front rectiligne,

                Des lèvres discrètes et des sourcils enfouis.

   

                Ses noirs cheveux étaient lisses et brillants

                Courts et coiffés à l’arrière par un foulard

                Qui filait aux hanches, abondant et épars,

                Gris cendre, à chaque mouvement fuyant

 

                Elle avait ce prodige du ciel de charmer

                Et les yeux s’y fixaient d’aubaine longuement,

                Admiratifs, sereins, de façon sublimée,

                Presque adulatoire, comme fée du firmament.

 

                Elle était moulue dans un habit truculent :

                Un pantalon noir coulant, un tricot gris ample

                Qui lui donnaient de l’aisance dans son pas lent

                Un bel air qui seyait à sa grâce humble.

         

                Elle marchait avec grâce au pas de paon,

                Comblée d’orgueil pour ses attraits féeriques

                Et ses seins, sans écrin, hauts et de tétons

                Bien en vue, bougeaient de façon impudique

.

                Ses copines blanches, belles et séduisantes

                La cadraient d’un décor subtil et admirable,

                Conçu pour elle seule, en finesse adorable

                Comme une légende très attendrissante.

 

                Voisine de table au douillet restaurant,

                La femme inconnue se tenait à l’opposé.

                Pourtant, je sentais sa présence, mais n’osais    

                Me retourner, quoique, d’envie forte, souffrant.               

 

Ajouter un commentaire