le spectre de la main de l'étranger; ahmed bencherif écrivain

Le spectre de la main de l’Etranger

 

               Marche, ne vois pas ce que tu vois, n’entends pas ce que tu entends. Voilà la ligne de conduite à laquelle nous convient nos gouvernants. C’est-à-dire, il nous est demandé avec force d’applaudir leurs actions bonnes ou mauvaises, leurs actes justes ou iniques, cautionner tous les méfaits qu’ils font subir à notre patrie, toute l’hémorragie qui fait saigner le trésor public. On ne doit pas penser, réfléchir, raisonner, dire un mot qui les froisse, pour que nous soyons qualifiés de bons citoyens par eux. Mais le bon citoyen, défini par eux-mêmes, doit porter le carcan, mettre un cadenas à la bouche, porter des œillères. C’est pour eux un dogme à ne jamais enfreindre, ni bafouer. Comme le temps des descentes nocturnes des services de sécurité est révolu et que le monde est devenu un grand village, nos surveillants ont recours à un autre procédé qu’ils ont eux-mêmes créé.           

          Mais si le patriote authentique a un avis contraire, propose une nouvelle voie, souhaite que l’on s’engage dans un processus de changement,  alors ces gouvernants nous frappent du spectre de la main étrangère. Le syndrome de la main étrangère est médical. Les penseurs totalitaires ont été puisé dans la médecine neurologique construite vers 1900. C’était le cas d’une femme victime d’un accident vasculaire cérébral dont la main gauche agissait avec son autonomie propre, non édictée par son cerveau. C’est dire que cette femme agissait sous l’action d’une force qui lui était étrangère. C’est c e que relate le docteur neuropsychiatre Karl Goldstein en 1908. On peut penser qu’elle était folle.

         Donc dès les années 1970, nos gouvernants utilisèrent ce spectre pour éloigner, museler, rendre dans le droit chemin par eux qualifié, voire éliminer ceux qui av aient un avis contraire sur la gestion et la gouvernance du pays. Du coup, ils les jugèrent comme des fous et donc il fallait les doper. Plus grave, ils les jugèrent n on patriotiques. Comme si le patriotisme était propre à ces  bolchéviques prétendus. Main tenant, plu que jamais nos gouvernants utilisent ce spectre pour vilipender, descendre en flammes ces hommes authentiques qui militent pour le changement. Ils recrutent leurs propres relais pour accuser les acteurs inscrits dans la démarche du changement.         

          Non ! Le spectre de la main étrangère activé, réactivé, relayé en tambour battant ne peut pas nous intimider. Nos disons aux gouvernants adeptes de l’immobilisme que vous n’êtes pas habilités à juger notre patriotisme, ni même si nous sommes un peu ou prou fou. C’est à nous et à nous seuls qu’il appartient de juger votre patriotisme pas uniquement au  niv eau de l’amour mais aussi aux torts que vous faites à la patrie.

 

                                                                                                 02/03/2018

                                                                                            Ahmed Bencherif                   

Ajouter un commentaire