la grande ode ahmed bencherif

                                                       Jocelyne

 

                                           

                                    Heureuse qui comme Jocelyne fut aimée

                                    D’un amour violent sans passion du désir

                                    Voué à l’infini de forme sublimée

                                    Qui naquit un soir d’été, soudain sans prévenir.

 

                                    De présent généreux alloué au quidam

                                    Le bel émoi me conquit, nourri de mystère,

                                    L’immense prodige atteignit mon âme,

                                    Dépêché avec heur d’un lointain univers.

 

                                    Mon esprit débarqua dans son grand royaume,

                                    Faire allégeance royale sans pompes,

                                    Ne chercha à sentir les enivrants baumes,

                                    Ni à voir les attraits gracieux qui dopent.

 

                                    Mon cœur élit logis aux coteaux des Graves

                                    Près de Maison Carrée pour sentir la chaleur ;

                                    Il tremble, il guérit à ses mots suaves ;

                                    A sa voix fluette, il jouit de bonheur.

 

                                    Ma muse irriguait ses vergers assoiffés,

                                    Curant son spleen mortel, lui chantant romance.

                                    Heureux, j’ai communié avec la belle fée

                                    Par delà les chemins, point de résonance.

 

                                    Son flot de paroles m’enchantait à l’envie,

                                    D’expression candide, au timbre mielleux,

                                    Doux comme le zéphyr qui rafraîchit ma vie,

                                    Par les soirées d’été ou les jours frileux.

.

                                    Son verbe cultivait mon imaginaire

                                    Qui n’osa par sacre esquisser le portrait,

                                    Vu le temps d’un songe : cheveux noirs, peau claire,

                                    Sourcils bien tracés, visage plein d’attraits,

                                    De taille moyenne, formes gracieuses,

                                    Au pas fier et souple à ses trois décades,

                                    Aux joues pleines, couleur de cerise

                                    De pommes émergeant en jolie myriade.

 

                                    J’ai aimé ta vertu égale aux moissons

                                    D’un champ très immense fécondé au soleil.

                                    Trois mots du grand amour composent ma chanson

                                    Interprétée de nuit, de jour à mon réveil.

 

                                    Jocelyne ! Tu verras nos sapins, nos cyprès

                                    Au pied de la dune ondulée par le vent

                                    Où surgit la source fraîche, de fond doré,

                                    Couronnée d’un bouquet de verdure flottant.

                                                          

                                    Les cristaux scintillants te feront caresses

                                    Aux chevilles blanches, aux jambes fuselées ;

                                    Tu jouiras bellement de plaisir immense,

                                    Tu voudras cavaler et tu voudras rouler.

Ajouter un commentaire