gouvernement extr odyssée ahmed bencherif

                            Gouvernement

 

    L’administration tue : les âmes périssent,

    Le cœur bat faiblement, le cerveau hiverne,

    Les ans languissent et de spleen finissent

    Visage livide, cheveux gris, peau terne.

 

    Elle terrorise, l’on ressent la phobie

    Que l’on traîne jusque dans notre sommeil.

    Par un malin plaisir, elle beugle et châtie.

    Elle tue le rêve, ternit les merveilles.

 

    Elle est abrutie, inculque l’idiotie,

    En fin pédagogue, sombre dans le chaos,

    Se complait tendrement dans l’erreur et l’inertie,

    Recule sans envie, aime tourner le dos.

    C’est l’épouvantable et perpétuel bagne.

    C’est un corps sans vie, qui mange les justes,

    Brutalise les bons, sans répit condamne

    Les hommes vertueux, aux gourbis vétustes.

 

    Le poltron se soumet pour un sou, pour un pain,

    Mue en caméléon, fuit comme la fourmi.

    Il est fataliste, croit fort au lendemain,

    S’accroche sans espoir aux prétendus amis.

 

    Le preux se révolte : plus de sou, plus de pain.

    Il renoue le lien, sa fureur visible,

    Prêt à recommencer, à rebrousser chemin,

    A la moindre bévue, bête et blâmable.

 

 

    La rigueur et probité qui étaient les miennes

    Me faisaient barrières à toute promotion

    Pour grimper l’échelle et assumer les rennes

    De commandement, remplir de hautes missions.

 

Odyssée

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×