elle était, ahmed bencherif

Elle était

 

 

 

                       Elle était dans les bois aérés et fleuris,

                       Au bord des lacs bleus où miroitait son portrait,

                       Aux longs cheveux ni blonds, ni noirs, mais pleins d’attraits,

                       Qui couvraient son nombril, affolés et fournis.

 

                       Sa blanche main puisant de l’eau fraîche et douce,  

                       En rossant les seins, les jambes et le nombril,

                       Puis elle nageait sans bruire dans le silence

                       De mère nature endormie sur l’île.                          

 

                       Toi, Claire, sur la mer calme et bleue en été,

                       Tu vas, à l’envie, battre les flots écumeux,

                       Moitié nue, tes tendres seins à l’avant pointés,

                       Gardés de satin bleu, en cône savoureux,

                       De jour quand le soleil ardent hale la peau,       

                       Que le sable fin des plages est recherché, 

                       Que la fraîcheur océanique vaut le prix haut

                       Et du spleen quotidien, on se sent arraché.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×