Joclyne La grande ode ahmed bencherif

                                                       Jocelyne

 

                                           

                                    Heureuse qui comme Jocelyne fut aimée

                                    D’un amour violent sans passion du désir

                                    Voué à l’infini de forme sublimée

                                    Qui naquit un soir d’été, soudain sans prévenir.

 

                                    De présent généreux alloué au quidam

                                    Le bel émoi me conquit, nourri de mystère,

                                    L’immense prodige atteignit mon âme,

                                    Dépêché avec heur d’un lointain univers.

 

                                    Mon esprit débarqua dans son grand royaume,

                                    Faire allégeance royale sans pompes,

                                    Ne chercha à sentir les enivrants baumes,

                                    Ni à voir les attraits gracieux qui dopent.

 

                                    Mon cœur élit logis aux coteaux des Graves

                                    Près de Maison Carrée pour sentir la chaleur ;

                                    Il tremble, il guérit à ses mots suaves ;

                                    A sa voix fluette, il jouit de bonheur.

 

                                    Ma muse irriguait ses vergers assoiffés,

                                    Curant son spleen mortel, lui chantant romance.

                                    Heureux, j’ai communié avec la belle fée

                                    Par delà les chemins ; point de résonance.

 

Ajouter un commentaire